Categorized | france, netcampagnes, netpolitique, usa

De 2007 à 2012, quels axes de campagne ?

2012 sera une grande année électorale ; de nombreux observateurs affutent déjà leur plume pour vous livrer leurs prédictions quant aux résultats qui sortiront des urnes. N’étant au demeurant qu’un bien mauvais devin, je préfère partager en toute modestie les quelques analyses et réflexions – complétées par deux entretiens de qualité avec Benoît Thieulin et Arnaud Dassier – qui m’ont conduit à identifier deux nouveaux axes autour desquels les campagnes de 2012 gagneront à se déployer. J’espère que vous profiterez de la nouvelle robe de Netpolitique pour me faire part de vos analyses et réflexions en la matière.

Sauf nouvelle modification de la durée des mandats présidentiels, il faudra attendre 2032 pour que les calendriers de deux des plus belles élections présidentielles se croisent de nouveau. On peut d’ores et déjà dire de 2012 qu’il sera donc un millésime des plus rares, avec la tenue de l’élection présidentielle française au printemps et des élections présidentielles étasuniennes à l’automne. On retient des précédentes éditions respectives de 2007 et 2008 qu’elles ont marqué un premier tournant dans la manière de battre campagne, fournissant ainsi trois nouveaux axes de révolution pour tout candidat.

2007-2008 : désintermédiation, participation & mobilisation

En France, les campagnes de 2007 prolongèrent – en l’adaptant au contexte national – l’élan des primaires démocrates américaines de 2004 au cours desquelles Howard Dean, savamment conseillé par Joe Trippi, mobilisa une petite armada de blogueurs qui l’aidèrent à accroitre la portée de son message et principalement, à dire vrai, à lever quelques millions de dollars. A droite, via Internet, Nicolas Sarkozy – dont un des intervenants sur sa campagne en ligne fut Arnaud Dassier dont vous pouvez écouter une récente interview ci-dessous – entreprit d’établir un lien direct avec les électeurs en déployant une stratégie d’e-mailing efficace et une campagne faisant bon usage du canal vidéo pour s’assurer d’une transmission non altérée de ses messages. À gauche, grâce au web social et à son réseau de blogs Désirs d’Avenir mis en place par une équipe de campagne web emmenée par Benoît Thieulin (dont une interview est également disponible ci-dessous), Ségolène Royal s’appuya sur une campagne participative tant quant à la définition de son programme, ou à tout le moins de ses messages, qu’à leur bonne circulation – via un maillage fin et organique des médias sociaux et surtout du territoire.


Retour sur 2007. Arnaud Dassier sur Netpolitique. par Netpolitique


Retour sur 2006-2007. Benoît Thieulin sur… par Netpolitique

La présidentielle de 2007 fut donc marquée du sceau d’une désintermédiation accrue de la relation entre le candidat et les électeurs et de la participation de ces derniers à la campagne – ce que ceux-ci avaient déjà remarquablement fait en 2005 à l’occasion du débat sur le traité constitutionnel européen. L’ère de la netpolitique ouverte en 2004 en Amérique du Nord fut ainsi prolongée en France et en Europe de 2005 à 2007 avant de revenir aux Etats-Unis à l’occasion des présidentielles de 2008 qui marquèrent une étape majeure de cette nouvelle ère. Ces présidentielles furent sans conteste caractérisées par un mot : mobilisation. Les campagnes d’Hillary Clinton ou Ron Paul lors des primaires puis de John McCain lors du sprint final firent toutes un usage remarquable des outils numériques et de leur faculté à désintermédier la relation entre un candidat et ses électeurs. Pour autant, c’est la campagne de Barack Obama qui a marqué les esprits en levant une véritable armée de supporters qui se mobilisèrent pour frapper aux portes (le fameux canvassing des campagnes électorales américaines), publier commentaires et billets sur le web, financer la campagne, inciter les non-inscrits à s’enregistrer sur les listes électorales ou encore veiller à ce que les électeurs potentiels de leur candidat se déplacent bien le jour du scrutin (démarche dite de get out the vote). C’est ainsi un véritable mouvement rigoureusement pensé, organisé et en partie décentralisé que David Plouffe, David Axelrod et Joe Rospars surent faire naître et faire vivre autour d’une interjection aussi courte qu’elle était puissante : « change« .

Désintermédiation. Participation. Mobilisation. Voilà donc le triptyque que 2007 et 2008 nous ont laissé en héritage. S’il est à ne pas douter que celui-ci figurera en bonne place sur la partition de 2012, deux nouvelles notes, faisant écho à la notion de transparence, ne vont pas manquer de se faire entendre en raison de la place qu’elles occupent déjà au sein du corps social.

Transparence, anthropologie et politique

La transparence est une valeur qui s’est progressivement installée dans la vie quotidienne des individus. Ce sont d’abord les jeunes générations qui ont commencé à développer une sphère extime au sein d’espaces privés collectifs tels « chat rooms » ou MSN Messenger, puis d’espaces semi-privés en clair-obscur tels des réseaux sociaux spécialisés comme MySpace ou Skyrock. Avec l’apparition de Facebook, la création et la gestion de l’extimité se sont étendues à des personnes de tous âges. Bien loin de constituer la disparition de la notion de vie privée, cette transparence nouvelle redéfinit des frontières anthropologiques anciennes et touche ainsi aux fondements mêmes de notre organisation sociale … et politique. Ce mouvement dessine deux axes que les institutions et personnages publics devront intégrer à leurs stratégies de communication : la cohérence et l’égalité.

Un prochain billet vous proposera une plongée dans la notion de cohérence.

This post was written by:

Anthony Hamelle - who has written 11 posts on Netpolitique.


Contact the author

3 Responses to “De 2007 à 2012, quels axes de campagne ?”

Trackbacks/Pingbacks

  1. [...] tendance à une transparence toujours plus présente se fait ressentir directement dans la sphère politique pour imposer aux acteurs qui s’y [...]

  2. [...] 1-2-3 billets d’analyse sur les axes de campagne électorale hérités de 2007 et 2008 et sur [...]


Leave a Reply

@Netpolitique

Netpolitique sur Facebook

Dailymotion/Netpo

Archives

Suivre Netpolitique

Fil RSS de NetpolitiqueTwitter de NetpolitiqueDailymotion de NetpolitiqueVeille Diigo de Netpolitique